Attention, ceci est une déclaration de guerre !

resistance grecque2

Bonjour à tous,

Kafenio revient après quelques mois d'interruption .

Depuis 2009, j'ai essayé- modestement- de lutter contre les torrents de désinformation qui s'abattent sur la Grèce. Depuis l'election et le gouvernement Tsipras, c'est pire que jamais ! La guerre imposée par l'UE à la Grèce est aussi une guerre médiatique. Comment lutter efficacement ? C'est tout le problème .

J'ai profité de cette interruption pour revisiter les quelques 500 articles que j'ai utilisé, depuis 2010,  pour les besoins du blog. Ca m'a pris 3 mois, mais je ne le regrette pas.La conclusion de cette étude est sans appel. La Grèce contemporaine est victime d'un mythe négatif très puissant, qui a été réactivé en 2009.

Ce mythe produit des croyances, des représentation, des attitudes très difficiles à combattre frontalement. Et surtout, ce mythe rend l'argumentation rationnelle inopérante. ( Si cette reflexion intéresse certains d'entre vous, je me ferai un plaisir de  leur envoyer).Ce que j'ai depuis 5 ans n'a peut être pas servi à grand chose...

Fort de ce constat, j'ai décidé de transformer kafenio en blog de combat contre l'oligarchie néo libérale qui sévit partout en Europe, ses désastres et surtout ses mythes. Je vais faire ma guerre personnelle, tout seul, comme un grand ! Je ne renonce pas à la défense de la Grèce, mais pour ça je vais utiliser Facebook.

A PARAITRE PROCHAINEMENT

- Le passé trouble d'Angela Merkel.

            Part 1 : Quelle était belle ma RDA...

            Part 2 : Le complexe d'infèriorité/supériorité d'Angela

- Moscovici, l'apparatchik promu commissaire politique

 

 

 

 

 

 

Posté par gillesbenichou à 18:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Grèce : Elections locales et Européennes. Du nouveau ?

potami elia

Les Grecs sont à la veille d’une période électorale chargée : ils doivent en effet se rendre aux urnes dès dimanche pour les élections locales et le week-end suivant pour les élections européennes. Des scrutins qui font figure de tests politiques majeurs dans un pays qui souffre de la crise et des mesures d’austérité.

Exemples de deux sondages.

Nea dimokratia

 

22.5

18.5

Syriza

 

21.5

21.1

Potami

 

  7.7

 8.5

Elia

 

  7

 6

KKE

 

  7

 -

Chrisy angi

 

  6.4

 7.5

Grecs indep.

 

  3.5

 -

Dim. Aristera

 

  3

 -

samaras venizelosLa campagne s'intensifie.

Juste une semaine avant les élections communales et deux semaines avant les élections pour le Parlement européen, les chefs de parti ont intensifié leur campagne pendant le week-end, alors que les sondages d'opinion mettent ND, qui dirige la coalition au pouvoir, et l'opposition de gauche SYRIZA  au coude à coude.

Le Premier ministre Antonis Samaras et son partenaire de coalition, chef de la PASOK Evangelos Venizelos, en visite l’un, à Tripoli et l’autre Larissa.Le leader de SYRIZA Alexis Tsipras continue de jongler avec les élections en faisant campagne à la présidence de la Commission européenne lors d'une visite à Berlin le samedi où il a présenté le dilemme de "la gauche ou Merkel. La chancelière allemande Angela Merkel apparaissant comme le champion de l'austérité.

Comme Samaras, poursuivant ses efforts pour présenter ND comme un parti garantissant la stabilité mais aussi des réformes cruciales, Venizelos a insisté sur la nécéssaire solidité de la coalition qui dépend de l'alliance de centre-gauche soutenu par le PASOK. Sans les députés du PASOK « il n'y a pas de gouvernement, il n'y a pas de stabilité, il n'y a aucun espoir pour la nation, » Pendant ce temps, le vétéran Manolis Glezos, un des candidats de Euro MP du SYRIZA, fait des vagues en suggérant que le gouvernement pourrait saisir des dépôts bancaires supérieur à 100 000 euros en cas de prise le pouvoir !

EUROPE CARTUn contexte propice aux nouveaux partis.

Ce contexte fragile a favorisé l‘émergence de nouveaux partis, qui font de l’ombre aux formations politiques traditionnelles. C’est le cas notamment du parti Potami ou Rivière. “Les Grecs veulent du changement’‘, souligne Stavros Theodorak, le leader de Potami. ‘‘Si vous regardez les sondages d’opinion, avant que naisse notre parti, le première formation politique ce n‘était pas Nouvelle Démocratie ou Syrisa, non la première formation, c‘était personne. 40 % de la population disait qu’il n’y avait personne pour qui voter. C’est donc logique que les gens se tournent vers nous.’‘

Le sentiment eurosceptique est particulièrement fort en Grèce à l’approche des élections européennes. C’est l’un des enjeux de cette période électorale, comme l’explique Aschalis Aganidis du parti de l’Olivier (Elia) : “Plus que jamais, les gens ne voient plus l’Union européenne comme un système qui peut leur apporter la prospérité. Aujourd’hui, l’Europe est perçue comme une menace qui crée de l’insécurité. Et donc la question, c’est : comment pouvons-nous changer cette impression ? ‘’

« Une nouvelle formation politique a été lancée par le journaliste Stavros Theodorakis, à temps pour la campagne européenne de ce printemps. « Potami » entend occuper le centre de l’échiquier politique grec et connait déjà un petit succès dans les sondages, mais le programme politique de ce nouveau-né reste flou. » Balkan News.

 

Posté par gillesbenichou à 11:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

" Lutte Révolutionnaire " revendique l'attentat d'Athènes.

attenta athènes voit pièg

Lutte révolutionnaire, un groupe de guérilla urbaine, apparu il y a plus de dix ans, a revendiqué un attentat à la voiture piégée, sur le site Indymedia .C'est sa première attaque, depuis quatre ans .Un coup de fil une demi heure avant avait permis de limiter les dégats. Deux vigiles, seulement ont été bléssés." En frappant la Banque de Grèce, nous frappons les intérêts de l'oligarchie économique européenne."

maziotis

C'est signé Maziotis, le leader de Lutte Révolutionnaire.

La  police a authentifié cette revendication. C’est un signe clair que le chef de lutte révolutionnaire Nikos Maziotis et son partenaire Pola Roupa participent activement à des activités terroristes. Ils ont disparu en juin 2012, alors qu'ils étaient en attente de jugement pour des attaques précédentes.

L'attaque ce mois-ci a été programmée pour coïncider avec le retour de la Grèce sur les  marchés obligataires et la visite de la chancelière allemande Angela Merkel. Le groupe a consacré l'explosion à Lambros Fountas, membre présumé de la lutte révolutionnaire qui a été abattu par la police en mars 2010, où il tentait de voler une voiture. E-Kathimerini.

polytechnique

Terrorisme, le sombre prédent de 17-N

L’organisation Révolutionnaire du 17 Novembre ou 17-N, ( En Grec: Επαναστατική Οργάνωση 17 Νοέμβρη, Epanastatiki Organosi dekaefta Noemvri) était une organisation clandestine révolutionnaire d'extrême gauche grecque d'obédience marxiste. Créée en 1975, cette organisation est probablement issue de l’Epanastatikos Laikos Angonas (petit mouvement marxiste créé en 1971, dirigé contre la junte militaire alors en place, et qui se définit comme révolutionnaire, anti-capitaliste et anti-impérialiste). Le nom de 17-Novembre vient de la répression meurtrière le 17 novembre 1973 d'un mouvement étudiant contre la junte militaire. Aucun membre de l'organisation n'a jamais été arrêté jusqu'en 2002, date de son démantèlement.

La junte militaire, ou régime des colonels, fut largement perçue par l'opinion publique grecque comme soutenue par les États-Unis dans leur lutte anti-communiste. L'organisation du 17-Novembre, en plus de lutter, au début, contre la junte, est ainsi fortement anti-américaine.

Dernière organisation terrroriste en Europe continentale après les Brigades rouges, la Bande à Baader et  Action Directe, La liste de ses victimes est impressionnante : plus de vingt morts, dont Pavlos Bakoyannis, membre du parti Nouvelle Démocratie, le mari de Dora, fille de  Constantin Mitsotakis. (20 novembre 1990)

 

 

Posté par gillesbenichou à 14:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,